Navigation Menu
LITUANIE

LITUANIE

By on Mai 13, 2014 in Interviews | 0 comments

LA LITUANIE ET L’EUROPE

VUES PAR :

RUSTIS KAMUNTAVICIUS

.

Interview Rustis Kamuntavicius Off

Victor et Louis aux côtés l’historien Rustis Kamuntavicius

 

.

Rustis Kamuntavicius est historien et professeur d’histoire lituanien. Il est professeur agrégé à l’Université de Kaunas, docteur en Sciences Humaines de l’Université de Varsovie. C’est un spécialiste des relations entre la Lituanie et l’Europe durant la période moderne. 

.

Interview publiée en partenariat avec 

Logo_Eurochannel2

 .

 

 

      I.Selon vous, quels sont les événements considérés comme les plus marquants de l’histoire de votre pays ?

 

Aujourd’hui en Lituanie, nous avons deux récits historiques qui s’affrontent. Il y a, d’abord, un vieux récit national qui fut formé à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle, et qui a atteint son apogée pendant l’Entre-deux-guerres. Ce récit est encore puissant dans les mentalités aujourd’hui. Selon cette vision historique, l’événement le plus important est d’abord la création du Grand duché de Lituanie au XIIIème siècle, soit la création de l’Etat de Lituanie. Les Lituaniens étaient alors une nation et un peuple dominants, un pays avec un vaste territoire et une grande influence. Cet événement est crucial pour le récit national.

Une autre étape important pour ce récit national est la christianisation de la Lituanie autour de l’an 1400. Le pays passe alors d’un pays païen, isolé, à la culture reculée comparée aux pays d’Europe de l’Ouest, à un pays chrétien faisant partie de la civilisation européenne.

Toujours à travers ce récit national l’autre événement le plus important est la publication du premier livre en Lituanien, au milieu du XVIème siècle. S’en est suivie une période très sombre pour la Lituanie pendant le XVIIème et XVIIIème siècle.  Le XIXème siècle est alors, en quelque sorte, une renaissance nationale. Les journaux et les livres écrits en Lituanien sont de plus en plus nombreux. C’est la création de la nation Lituanienne moderne.  Le dernier événement est la création de la République Lituanienne pendant l’Entre-deux guerres. Pour la première fois dans l’histoire, est crée un véritable Etat lituanien. La plupart des habitants étaient des lituaniens d’origine, ils parlaient la langue Lituanienne.

Mais en parallèle de ce récit national, naît un second récit historique, qui commence en 1990. Celui-ci voit la nation non pas comme une unité ethnographique, mais comme une société civique, constituée de citoyens lituaniens. Les Lituaniens ne sont alors plus seulement ceux qui parlent lituanien, mais ceux qui appartiennent à l’Etat Lituanien. Cette récupération des résidents en Lituanie qui ne parlent pas la langue nationale est très importante.

Toute la vision historique change avec cette nouvelle perspective. Ainsi, la création du Grand Duché de Lituanie reste un événement majeur, mais il n’est pas vu comme le territoire de ceux qui parlaient le lituanien, mais l’Etat de ceux qui vivaient sur ce territoire,  y compris ceux qui venaient d’autres pays : Biélorusses, Ukrainiens, Juifs, Polonais, Allemands…

Cette histoire est plus complexe et nuance des évènements nationaux considérés comme fondateurs. La christianisation et la publication du premier livre en Lituanien restent importants mais moins fondateurs que dans le récit national classique. En revanche, ce nouveau récit réhabilite le XVIIème et le XVIIIème siècle, qui ne sont plus vu de manière négative. Au contraire, c’est considéré comme une période florissante pour la Lituanie, non pas du point de vue du pouvoir et de la grandeur, mais du point de vue de la société civique, car c’est une période de démocratie.

L’événement le plus important, pour ce nouveau récit historique, et qui symbolise cette idée de démocratie, c’est la publication du premier statut de la Lituanie. Au XVIème siècle, le droit lituanien a été crée en plusieurs étapes. La dernière en 1588, fait mention du statut de la Lituanie, et reste une codification majeure du droit lituanien jusqu’au milieu du XIXème siècle. C’est le symbole de la démocratie, de la coexistence des différentes nationalités et de la tolérance de toutes les religions sur le territoire. Comparé à l’Allemagne ou à  la France par exemple, qui connaît alors son massacre de la Saint Barthélémy en 1572, la Lituanie ne connaît rien de similaire, car c’était un pays beaucoup plus tolérant.

Au début du XXème siècle, il y eut le mouvement contestataire de « ceux qui vivent ici », et qui parlaient polonais. Ils se considéraient comme des lituaniens alors qu’ils ne pouvaient ni lire ni parler la langue. C’est un événement très évocateur pour ce courant historique.

Ce second récit national essaie de trouver sa place dans la société lituanienne aujourd’hui mais reste très impopulaire. Pourtant il est plus moderne et plus en cohérence avec l’avenir mondialisé.

 II. Selon vous, quels sont les personnages considérés comme  les plus importants de l’histoire de votre pays ?

 

Ici encore, nous pouvons retrouver la confrontation entre les deux récits nationaux. Pour le récit national traditionnel, tout commence avec Saint Brunon, qui est arrivée d’Allemagne jusqu’en Lituanie en 1009 pour évangéliser la Lituanie. Aussi loin que nous pouvons remonter dans les ressources écrites, c’est le premier grand personnage de Lituanie. En 2009 il y a eu une grande commémoration nationale en son nom. Le deuxième personnage important est Mindaugas, le premier grand duc de Lituanie, au milieu XIIIème siècle.

.

Mindaugas

Mindaugas

.

Puis il y a eu une série de rois païens du XIVème siècle, qui ont contribué à faire de la Lituanie un Etat important et puissant. Il y eu notamment Vytautas, surnommé Vytautas le Grand par les historiens lituaniens au XIXème siècle.  C’est le seul à avoir eu cette appellation.

.

Vytautas le Grand

Vytautas le Grand

.

Après lui, le pays a connu une période de déclin.  Le dernier grand roi a vécu au milieu du XVIème siècle, et il se nommait Sigismond II de Pologne. Ce fut le dernier de sa dynastie. Il est connu pour sa relation amoureuse avec Barbara Radziwiłł, qui fut reine de Pologne et grande duchesse de Lituanie. Comme Diane de Poitiers et Henri II en France, ce roi est resté dans la postérité grâce à cette relation connue de tous.

.

Zygimantas Augustas

Sigismond II de Pologne

.

Un autre personnage important a été Martynas Mažvydas, l’auteur lituanien du XVIème siècle qui a été le premier à publier et faire connaître la littérature lituanienne.

.

Martynas Mažvydas

Martynas Mažvydas

.

Durant les deux siècles de déclin pour le récit national, seulement un personnage ressort c’est Janusz Radziwiłł qui s’est battu pour l’indépendance de la Lituanie vis-à-vis de la Pologne au XVIIème siècle. Beaucoup de membre de la famille Radziwiłł sont devenus de vrais héros nationaux, toujours selon ce récit historique national, car la Pologne a toujours été l’ennemi historique du pays. Au-delà de ce point, ils ont eu une influence considérable. Ce n’étaient pas des combattants, mais des intellectuels et des politiciens. 

.

Janusz Radziwiłł

Janusz Radziwiłł

.

Armes Radziwiłł

Les armes de la famille Radziwiłł

.

III. Quels évènements de l’histoire européenne ont le plus affecté votre histoire nationale?

 

Le premier évènement est douloureux pour les Lituaniens, puisqu’il s’agit des croisades. Précisément, les croisades nordiques, ou croisades baltes, ont été menées par les puissances de l’Occident chrétien contre les peuples païens du nord-est de l’Europe riverains de la mer Baltique à partir de la fin du XIIe siècle. La volonté de christianisation des pays païens a entrainé deux cent ans d’occupation, de guerres et de massacres. De ce fait, le premier rapport à l’Europe chrétienne n’a pas été positif.

Par la suite, tout ce qui est arrivé en Europe de l’ouest a affecté la Lituanie, directement ou indirectement. Les arts, les courants artistiques, du gothique à la Renaissance ont affecté le pays. La mise en place des universités, le développement des sciences ont aussi touché le pays à partir du XVème siècle. Il en va de même pour les évolutions politiques, même si toutes les guerres d’Europe de l’ouest n’ont pas été ressenties ici. Vous savez, après les croisades, il n’y a pratiquement plus eu d’attaques contre la Lituanie avant le XXème siècle. Il faut citer Napoléon, dont l’Empire a changé beaucoup de choses en Europe et en Lituanie.

Au XXème siècle, les deux Guerres mondiales ont directement et violemment touché le pays. Enfin la construction européenne et la mise en place de l’Union Européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui sont des évènements de dimension continentale qui concernent directement la Lituanie.

IV. Comment a évolué, dans l’histoire, la représentation de l’Europe que se font les habitants de votre pays ?

 

Au départ, c’était une vision avant tout négative, notamment à cause des croisades nordiques. Au XIIIème et au XIVème siècle, l’Europe et les Européens avaient une image majoritairement négative. A partir du XVème siècle, la christianisation a modifié cette situation. Au XVIème siècle, la Lituanie était presqu’entièrement christianisée et donc intégrée à la culture européenne.

Les Lituaniens, à partir du XVIème siècle, n’ont jamais fait partie du monde de l’est, du monde oriental. Les Russes n’ont jamais réussi à les éloigner de la culture européenne, qui était très ancrée dans les mentalités. Evidemment, la Russie a essayé durant le XXème siècle, mais cela n’a jamais fonctionné.

La Lituanie s’est donc toujours considérée, depuis cette période, comme une partie de l’Europe ; et cela n’a jamais été remis en cause.

   VV. Aujourd’hui, selon vous, quelle est l’image et le rôle de  votre pays au sein de l’Union Européenne ?

C’est très difficile d’être objectif, parce que je suis lituanien. La Lituanie a un problème principal : c’est une petite nation, un petit pays en Europe avec moins de 3 millions d’habitants. Bien sur, nous avons bien plus de droits dans l’Union Européenne que nous n’en avions au sein de l’URSS ! Mais cela ne signifie pas que la Lituanie est véritablement en mesure d’influer sur la politique continentale.

 D’un point de vue économique, la Lituanie ne bénéfice pas des ressources et des possibilités qui sont celles d’autres petits pays européens, comme les Pays-Bas par exemple. La Lituanie est marginale au sein de l’Union Européenne.

Cependant, la Lituanie a l’ambition de devenir un élément important, d’un point de vue politique, dans cette région de l’Europe. Les Lituaniens essaient d’investir leur énergie pour devenir un pont entre l’Europe de l’est et l’Europe de l’ouest. Il ne s’agit pas d’un simple pont, permettant les échanges d’autres pays, il s’agit de prendre part, pleinement, à ces échanges pour se développer. La Lituanie aimerait devenir un leader dans cette région, afin de pouvoir faire entendre sa voix. De ce fait, les Lituaniens ne sont pas passifs par rapport à l’Union Européenne. Ils savent qu’ils peuvent faire quelque chose, ils veulent prendre une vraie place au sein des débats.

Cette volonté, cette énergie a déjà donné des résultats : la Lituanie utilise sa position, notamment avec les évènements en Russie et en Ukraine. Les Lituaniens s’expriment beaucoup sur ces sujets au Parlement Européen, mais aussi au sein des autres institutions de l’Union Européenne. La Lituanie a noué des relations solides avec la Pologne pour se faire entendre à propos des problèmes en Europe de l’est.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *