Navigation Menu
PORTUGAL

PORTUGAL

By on Mar 1, 2014 in Interviews | 0 comments

LA PORTUGAL ET L’EUROPE

VUS PAR:

ANTONIO COSTA PINTO 

.

Costa Pinto Site

Louis et Victor aux côtés de l’historien portugais, Antonio Costa Pinto  

.

Antonio Costa Pinto est un historien portugais, professeur à l’Institut des Sciences Sociales de l’Université de Lisbonne. Il est docteur de l’Institut universitaire européen de Florence, diplômé de l’Université de Lisbonne. C’est un spécialiste de l’histoire contemporaine du Portugal, de l’histoire de l’Europe ainsi que de l’histoire des dictatures et de l’autoritarisme.

.

Interview publiée en partenariat avec 

Logo_Eurochannel2

.

I. Selon vous, quels sont les évènements considérés comme les plus marquants de l’histoire de votre pays ?

 

On peut donner deux réponses à cette question. Du point de vue des portugais c’est très clair. La période la plus importante de l’histoire du pays, c’est l’époque des Grandes Découvertes, et de l’expansion mondiale de l’Europe. Le deuxième événement important, c’est l’indépendance du Portugal, qui se libère de la domination espagnole, lors de la Guerre de Restauration (1), survenue après la révolte de la Catalogne au XVIIème siècle. La plupart de l’histoire contemporaine est méconnue des portugais ; à l’exception de cette date centrale, celle de la transition démocratique, le 25 avril 1974. On fait d’ailleurs cette année la commémoration des 40 ans de la démocratie au Portugal. Pour les portugais, voilà les trois dates fondamentales.

Pour l’historiographie, c’est sensiblement la même chose. L’Empire a une importance considérable dans les études historiographiques portugaises. Une place particulière est donnée à l’Empire brésilien ainsi qu’à l’Empire portugais en Afrique. L’« Etat nouveau » (2), soit la longue période d’autoritarisme de droite au Portugal, est évidemment très étudiée aussi. On cherche à savoir pourquoi et comment le Portugal a pu connaître une dictature pendant 40 ans.

.

II. Selon vous, quels sont les personnages considérés comme les plus importants de l’histoire de votre pays ?

Les personnages les plus importants du point de vue des Portugais correspondent aux grandes dates de leur histoire. Il y a récemment eu un concours télévisé pour savoir quels étaient les dix portugais les plus emblématiques. On remarque que ce sont toujours les héros des Grandes Découvertes qui marquent l’opinion : Henri le Navigateur (3) , Vasco de Gama ou encore Alfonso de Albuquerque (4). En un mot, les principaux acteurs des Grandes Découvertes et de la construction de l’Empire portugais.

henri-le-navigateur

 Henri le Navigateur                  

.         

                                                    

vasco

 Vasco de Gama

.

Après, en ce qui concerne l’histoire contemporaine, deux personnages restent très présents dans la mémoire nationale. Le premier, c’est Antonio de Oliveira Salazar, le dictateur de droite qui a dominé la vie politique portugaise pendant quarante ans, qui est, naturellement, vue d’une façon très négative. La société portugaise rejette totalement les valeurs et les orientations politiques de la dictature autoritaire de Salazar.

Entre les navigateurs et l’« Etat nouveau » de Salazar aucun nom ne ressort dans l’opinion. A l’exception, peut-être du seul personnage vraiment connu, le marquis de Pombal. C’est le premier ministre du roi Joseph Ier, l’administrateur de l’Empire brésilien,  mais surtout l’homme de la reconstruction après le tremblement de terre de 1755.

marques_de_pombal

Marquis de Pombal 

.

Mis à part Salazar, il est très difficile pour les Portugais d’identifier un autre politicien du XXème siècle, notamment de la période républicaine. En ce qui concerne l’histoire contemporaine, on peut tout de même citer Mario Soares, le président de la République socialiste qui reste une figure importante pour les Portugais.

.

III.  Quels évènements de l’histoire européenne ont le plus affecté votre histoire nationale?

Le premier événement de l’histoire européenne qui a accéléré le processus de la construction de l’Etat portugais, pas de la nation mais bien de l’Etat, c’est l’expansion maritime des XVème et XVIème siècle.  Cela a permis le développement de l’Empire brésilien en Amérique latine. En outre le Portugal a été influencé par l’Europe  au gré de ses alliances et de ses oppositions avec les autres puissances. Deux exemples marquants : l’autonomie vis à vis de l’Espagne, et l’alliance avec l’Angleterre qui est très liée à cette autonomie. L’Angleterre a, d’ailleurs, été la puissance protectrice de l’Empire portugais dès le XVIème siècle. C’est l’alliance la plus stable de l’histoire portugaise.

Deuxième évènement central : les invasions napoléoniennes, qui sont à l’origine des migrations, de la fuite du roi au Brésil, à Rio de Janeiro, et de la Révolution libérale du début du XIXème siècle, qui met un terme à la période de l’Ancien régime au Portugal. Le modèle libéral portugais au XIXème siècle se construit avec l’Europe de Napoléon.

Le troisième élément qui marque durablement les relations entre le Portugal et l’Europe,  c’est la question africaine. Le rêve d’unification entre le Mozambique et l’Angola pour créer une gigantesque colonie portugaise en Afrique, est menacé à la fin du XIXème siècle, par les aspirations coloniales de l’Allemagne, Les velléités coloniales du Portugal en Afrique se sont aussi heurtées à l’Angleterre, qui voulait bâtir son empire depuis Le Caire jusqu’au Cap. Ces conflits stratégiques avec les autres puissances européennes vont jouer un rôle décisif dans les évènements  révolutionnaires, qui vont faire du Portugal la troisième République en Europe –après la France, et surtout après la Suisse.  La France, quant à elle, exerce une autre forme d’influence sur le Portugal. La révolution républicaine de 1910 (5) , est très marquée par la Troisième République française, que ce soit au niveau des institutions, au niveau idéologique, ou encore au niveau de la séparation entre l’Eglise et l’Etat. Les élites républicaines au Portugal s’inspirent fortement de la Troisième république française.

La participation portugaise à la Première Guerre mondiale est, quant à elle, fortement  liée à la question coloniale. Le Portugal participe, en effet, au conflit dans le camp de la Triple Entente, en raison de la « menace » que représente l’Allemagne en Afrique. Le Portugal craint de perdre ses colonies en Afrique, et cela entraine sa prise de position au sein de la Première Guerre mondiale.

En revanche, la période qui suit marque un retrait portugais par rapport à l’histoire européenne. Entre les années 1930 et 1945, le Portugal est isolé d’un point de vue politique, notamment parce qu’il ne participe pas à la Seconde Guerre mondiale. On peut aussi citer le fait que la dictature portugaise est obsédée par la résistance à la décolonisation. Pourtant la dictature de Salazar prend part à toutes les étapes de reconstruction de l’Europe occidentale après 1945, ce qui est très important d’après moi.  Le pays est un des membres fondateurs de l’OTAN en 1949, il soutient la signature du Traité de Rome et l’unification européenne en 1957, il est également membre de l’AELE dès sa mise en place en 1960. On constate l’importance de ces évènements européens, même si le Portugal, en raison de son obsession coloniale et de la nature même de son régime politique, ne fait pas partie de la Communauté Economique Européenne.

Après 1974, l’unification européenne et la consolidation démocratique sont des enjeux majeurs de la politique portugaise, comme ce fut le cas pour d’autres pays du sud de l’Europe. Apres la décolonisation, l’adhésion à l’Union européenne va être le grand vœu des élites démocratiques au Portugal, mais aussi en Espagne ou encore en Grèce.

 

 

imgres

Antonio de Oliveira Salazar 

.

IV. Comment a évolué, dans l’histoire, la représentation de l’Europe que se font les habitants de votre pays ?

 

Il s’agit d’une évolution complexe. Pendant l’Ancien Régime, l’identité du Portugal est toujours liée à l’impérialisme européen : le jeu des rivalités, des alliances, avec les autres puissances coloniales est essentiel. De fait, l’histoire de la représentation de l’Europe au Portugal correspond à ces rivalités, comme par exemple avec la Hollande que ce soit en Asie, au Brésil, ou en Océanie. De la même manière, les Portugais et les Anglais sont rivaux, mais aussi alliés, principalement depuis l’indépendance du Brésil qui se dessine entre 1821 et 1824. L’européisation précoce des élites au Portugal a été toujours très marquée par la francophonie, avec l’influence des élites intellectuelles françaises qui s’étend jusqu’aux années 1960. L’image de l’Europe que construisent les élites intellectuelles portugaises entre  le XVIIIème siècle  et les années 1960 a toujours été liée à la France et à la francophonie. A l’inverse, l’Angleterre n’a pas eu une importance aussi décisive dans le domaine intellectuel.

Néanmoins, on trouve une opposition, dès la fin du XVIIIème siècle, entre l’influence de l’Europe et l’identité nationale que les élites essaient de faire reposer sur l’Empire colonial. Cela n’a d’ailleurs pas entièrement fonctionné, puisqu’en 1974, on a observé que la plupart des Portugais n’attachaient pas une grande importance aux colonies du point de vue de l’identité nationale.

Après 1974 on dispose des études d’opinion sur ce que les portugais pensent de l’Europe. Les réponses sont extrêmement faciles à identifier. Ils associent l’Europe au développement économique, à la consolidation de la démocratie, mais aussi à la décolonisation. Le rôle joué par l’Europe marque la fin du mythe colonial parmi les élites portugaises.

Enfin, il faut souligner un point fondamental : l’absence d’opposition, au sein de l’imaginaire portugais, entre l’identité nationale et l’identité européenne. On peut expliquer cela par le fait que le Portugal est un État Nation particulièrement homogène. Les frontières sont les mêmes depuis près de 400 ans, il n’y a presque pas de minorités linguistiques ou culturelles dans l’époque contemporaine. Il n’y a donc pas, naturellement, de tension entre le Portugal et l’Europe. Enfin jusqu’à la crise économique de 2008, évidemment, mais c’est une autre question.

.

  V. Aujourd’hui, selon vous, quelle est l’image et le rôle de votre pays au sein de l’Union Européenne ?

 

Les Portugais, que ce soit les élites politiques ou l’opinion nationale, ont toujours eu une vision très optimiste du défi de l’Union Européenne, d’un point politique mais aussi économique, avec l’adhésion à l’Euro par exemple. La plupart des enquêtes d’opinion étaient très claires sur ce point. Les Portugais étaient même assez fédéralistes. Il n’existait pas de contradiction entre le patriotisme portugais, l’orgueil des institutions nationales, et le Parlement européen ou la Commission Européenne. La transmission de certains pouvoirs et la fédéralisation des institutions européennes n’étaient pas perçues comme des menaces. Pour quelle raison? Tout  simplement, parce que les Portugais ont associé l’Union européenne au développement économique. Avec la crise économique de 2008, l’impact des programmes d’austérité, les grands clivages entre la Grèce, le Portugal, l’Irlande et l’Espagne, l’européisme du Portugal commence à changer. On peut aussi évoquer l’image négative de la politique économique, perçue comme punitive et non fédéraliste ; ou encore le rôle de plus en plus important joué par l’alliance entre la France et l’Allemagne

Nonobstant, cette divergence ne trouve pas d’expression politique au Portugal. Il n’y pas de parti populiste, de mobilisation nationale ou souverainiste contre l’Europe et les institutions européennes. L’espace politique existe bien, mais il n’est pas mobilisé. Malgré le grand effort de l’élite politique portugaise en faveur de l’Europe, on peut dire que le XXIème siècle est marqué par une diminution de l’optimisme portugais par rapport à la construction européenne.

.

Université Site

.

(1) Guerre de restauration : La guerre de Restauration est une guerre d’indépendance menée par le Portugal contre l’Espagne du 1er décembre 1640 au 12 février 1668 (traité de Lisbonne). Elle est causée par la volonté des Portugais de se débarrasser de la domination des Habsbourgs d’Espagne, en détrônant Philippe IV d’Espagne, roi du Portugal sous le nom de Philippe III du Portugal, au profit d’un roi portugais de la maison de Bragance, Jean IV de Portugal qui rétablit la lignée aînée antérieure des rois de la dynastie d’Aviz.

(2) Etat nouveau : L' »Etat nouveau » est un terme employé par le gouvernement portugais durant la deuxième république de 1933 à 1974. La figure centrale de ce gouvernement fut le Docteur Antonio de Oliveira Salazar.

(3) Henri le navigateur : Prince du Portugal, est souvent considéré comme la figure la plus importante du début de l’expansion coloniale européenne. Lui-même n’a jamais vraiment navigué et n’a donc fait aucune découverte géographique. Son rôle dans ce domaine s’est uniquement limité à du mécénat. L’épithète de « navigateur » qui lui a été attribuée est donc purement honorifique. Il est le troisième fils de Jean Ier de Portugal, le fondateur de la dynastie d’Aviz. Sa mère est Philippa de Lancastre, fille de Jean de Gand et sœur d’Henri IV d’Angleterre.

(4) Alfonso de Albuquerque : Alphonse d’Albuquerque (Alhandra 1453 – Goa, 16 décembre 1515) est un militaire, un navigateur, un explorateur et un politicien portugais des XVe et XVIe siècles. Il est gouverneur des Indes portugaises de 1509 à 1515 et une des grandes figures de l’expansion portugaise en Orient.

(5) Révolution républicaine de 1910 : La Proclamation de la République portugaise est le résultat du coup d’État organisé par le Parti républicain portugais. Plus connue sous le nom de Révolution du 5 octobre 1910, elle met fin à la monarchie constitutionnelle et installe un régime républicain au Portugal. Le Parti républicain se présentait ainsi comme le seul parti proposant un programme capable de rendre au pays tout son prestige et de le conduire sur la voie du progrès.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *